psychogénéalogie

La Psychogénéalogie :

Le patronyme que nous recevons à notre naissance, notre nom de famille, représente, tel un livre… la thématique générale, la trame de l’ouvrage. Notre ou nos prénoms indique-nt quel chapitre, quel rôle nous devrons jouer. C’est pour cela que j’ai choisi d’introduire ce chapitre par la magnifique photo de Sam Van Aken© Artiste Botanique créateur de cet arbre. Comme nous pouvons le lire sur le site de maxi-sciences et plus précisément dans leur article du 24 juillet 2014 [Lire l’article].

« Sam Van Aken, professeur d’art à l’Université de Syracuse à New York a conçu un arbre hors du commun capable de produire chaque année différentes sortes de fruits à noyau. Pour être précis, 40 sortes différentes de pêches, de prunes, d’abricots, de nectarines, de cerises, et même d’amandes ! Son nom ? « Tree of 40 fruits », littéralement « l’Arbre aux 40 fruits » » .

Eh oui, nous sommes tous et toutes là pour apporter la splendeur à nos lignées maternelles et paternelles. Cela n’est pas toujours facile…

Ma propre expérience :

C’est en février 2000 que j’ai moi-même expérimenté l’étude de mon arbre généalogique selon la méthode d’Alejandro Jodorowsky. Cela m’a permis d’avoir un autre regard sur mon histoire familiale et ce qui m’a été transmis de par les différents membres de mes familles maternelles et paternelles. Cette approche aura été révélatrice et fondamentale pour moi. Elle m’a donné envie de suivre un séminaire avec Alejandro Jodorowsky… ce que j’ai fait 2 mois plus tard !

 

Plus précisément…

L’intérêt de la psychogénéalogie réside dans l’éclairage de ce que nos ancêtres, nos parents, frères et sœurs, cousins, cousines… ont pu vivre et ce que cela a pu sous-tendre dans notre propre histoire familiale et personnelle. Quelle est l’empreinte génétique ou psychologique héritée de nos aïeux ? Quel est notre patrimoine génétique ? Quelles conséquences, blocages, répercussions cela a pu avoir dans notre vie ? Il est à noter que notre ADN contient au moins 7 générations maternelles et 7 générations paternelles !

Chaque être humain fait du mieux qu’il peut et il le fait souvent en fonction de ce qu’il aura lui-même reçu. Travailler sur son arbre généalogique permet de porter un regard neuf aux expériences vécues par nos aïeux et à leurs possibles ressentis !

Étudier notre arbre généalogique va nous permettre de changer de regard sur ce que nos ancêtres ont pu vivre. Nous pourrons, ainsi, faire des liens et comprendre les conséquences de ce que leur vécu aura pu avoir comme conséquences dans nos propres vies, il s’agit de pistes qui se révèleront et que nous ressentirons au plus profond de nous comme étant juste ou pas.

L’être humain ne peut pas dépasser ce dont il n’a pas conscience, ce qui reste dans l’ombre. La psychogénéalogie est un très bel outil pour nous permettre d’éclairer et de guérir notre arbre grâce à la mise en lumière de ce qu’il s’est joué des générations plus haut ! Le but recherché est notamment de changer de regard sur nous-même mais aussi de poser un autre regard sur notre héritage pour le potentialiser et en retirer le suc, la sève, afin de pouvoir nous réaliser enfin pleinement ! Il nous faut comprendre les mémoires familiales que nous reproduisons par loyauté, en croyant que c’est notre seule façon de nous en sortir et d’être heureux. Mais nos comportements peuvent être liées à des croyances limitantes, hérités de nos ancêtres ou que nous avons mises en places pour notre sauvegarde mais qui, en grandissant, sont celles-là mêmes qui nous emprisonnent et dont il nous faut réussir à nous séparer… à désintégrer !

Ce travail éclairant, n’est pas simplement libérateur pour nous… il l’est aussi pour nos ascendants, nos descendants, nos neveux et nièces, nos cousins-cousines. Vive ce travail qui nous offre émancipation & affranchissement !

Remarque : Ce travail peut nécessiter plusieurs séances de 3H. Au terme de ce travail, lorsque l’arbre aura été pleinement étudié, je propose toujours un acte symbolique dont le but est de libérer l’inconscient de ce qui aura été mis en lumière par notre travail. Cet acte est toujours en lien avec ce que l’arbre aura révélé et il est toujours des plus respectueux possibles. Nous échangerons à ce sujet avant de nous séparer.